Philosophe de formation et artiste en arts plastiques, Isalou Beaudet-Regen est une ancienne couche-tard qui raconte dans ce livre comment elle est devenue une lève-tôt pour profiter chaque jour d’une heure de plus qui lui appartient pleinement.

isalou beaudet-regen

C’est suite à un épisode de maladie qu’elle a commencé à réfléchir sur pourquoi on se lève. « J’étais une vraie couche-tard et j’ai compris tardivement que faire l’inverse, ça se décide, c’est un choix. »

C’est par épuisement et saturation de stress, alors qu’elle courait après le temps, au lieu de l’habiter, qu’elle a choisi une nouvelle hygiène de vie, matinale, qui lui a entre autres permis d’accoucher de ce projet de livre. C’était donc un rendez-vous d’équilibre pour elle. Elle accumulait une espèce de frustration, en pensant toujours qu’elle allait se retrouver avec elle-même « le weekend prochain ». Elle avait des grands besoins de réalisation de soi, comme l’écriture, et n’y arrivait pas. « L’écriture de se livre, pour laquelle je me levais, était mon rendez-vous à moi. »

En entrevue, elle précise que ce n’est pas d’empiéter sur son sommeil, mais de le gérer différemment, comme sa vie. Voici quelques unes de ses paroles qui nous ont marquées…


Ce n’est pas possible de vivre en pointillé. Un jour, on réalise que la vie passe, on regrette.

C’est beaucoup de bienveillance et de douceur, mais avec cette discipline et cet amour pour soi, le matin, avant de commencer la journée. Et ça a révolutionné ma vie. J’ai compris que le matin, c’était le premier moment de la journée, une anticipation de ce qui va suivre et on peut le décider. On est au top de notre forme, on est plus créatif, c’est prouvé. On est plus positifs, optimistes, entre autres grâce à la lumière, un antidépresseur naturel. Ça permet d’anticiper sa vie, sans les fameux « si ». Le matin, tout est possible. C’est synonyme de silence, apaisement, avance, page blanche… Ça ne dépend que de nous. Pas de changer quoique ce soit dans son agenda, juste d’avancer un tout petit peu son réveil. J’étais la reine du snooze. Qui est dévastateur, parce qu’on dit à notre cerveau qu’on enclenche un nouveau rite de sommeil. Endors-toi, non, arrête. On se réveille 2 fois plus fracassé. Le matin colore le reste de la journée, se lever dans le stress n’est pas un bon début.

Si vous vous levez 1h plus tôt chaque jour, c’est 365 heures par an, presque 3 semaines de vacances.

C’est une incitation à se nourrir et s’équilibrer soi d’abord, pour ensuite être bien avec les autres. La magie du matin, c’est de réapprendre à être son propre métronome, à niveau. Être avec soi, pas en décalage ou en frustration. On est souvent à moins 5 ou 10. Il ne faut pas penser qu’il faille aller à 100, mais juste se mettre à niveau. L’idée est de prendre un moment pour soi, pas d’être dans une performance.

Par quoi commencer ? Il faut avoir une vraie motivation, savoir ce qu’on veut dans la vie et ce qu’on veut de cette heure-là. Si c’est juste le fun ou tendance, ça ne dure pas. Une clé est de se poser la question du pourquoi. Ce que j’ai envie de faire. Quel résultat j’ai envie d’atteindre. Et ce n’est pas de se lever tôt ou à une heure précise, juste plus tôt. Faire quelque chose par rapport à sa vie, ses projets, son bien-être. Il faut aussi comprendre comment fonctionne la motivation. Plus que l’étincelle, ça prend la volonté, qui ne tient pas sans motivation claire. Ensuite, il y a quelque chose qui nous dépasse.

la magie du matin

Pour la suivre sur son compte Instagram, c’est ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.