Marie-Ève Janvier est récemment devenue la toute première ambassadrice d’Adorable, une entreprise d’ici qui offre une gamme de produits naturels de haute qualité pour mamans et bébés.

bande fleurie

Offrir le meilleur à son enfant, qu’est-ce que ça signifie pour toi ?

C’est beaucoup de pression en tant que maman, d’offrir le meilleur à son enfant et à la base, je veux toujours m’offrir le meilleur à moi, aussi. Au quotidien, c’est elle la priorité : est-ce qu’elle a froid, chaud, faim ? Moi, je deviens secondaire. J’ai développé le réflexe d’apprivoiser être une maman. Au départ, je me suis mise au 2e plan, presque dans l’ombre et ça a été une erreur. Aujourd’hui, je comprends que les décisions pour moi sont importantes pour elle; si je suis bien, en santé, calme et reposée, mon bébé en profite aussi.

Le meilleur pour mon enfant, c’est beaucoup prendre soin de moi, qui lui donne directement du positif. C’est angoissant, j’ai l’expérience de son âge, j’ai des réflexes qui se développent, mais j’ai aussi un monde à découvrir, encore rempli d’étapes. Je suis très fière des premières, je trouve que je fais bien ça, tout en me demandant si, avec les prochaines, j’aurai les bons réflexes. J’essaie d’aller chercher le plus d’outils possible pour être prête. Je suis organisée, je n’aime pas être prise au dépourvu. J’aime avoir pensé avant, prévu, analysé, pensé aux conséquences. Me faire surprendre dans quelque chose où je ne suis pas bien ou qui peut être mauvais, je suis très peu à l’aise dans ça. 

L’insécurité est souvent liée au fait de devenir maman. Tu es dans un domaine où tu dois beaucoup te faire confiance, où tout n’est pas toujours planifié ou certain, ce que tu as appris à gérer au fil des ans. Penses-tu que c’est un atout pour la maman que tu es devenue ?

Oui et ça me nourrit même encore plus. Je suis très instinctive. Dans mon métier, souvent, je peux rarement calculer tous les paramètres. On fait tout pour se sécuriser, mais c’est souvent du gamble.

Tu as donc appris à faire confiance à la vie ?

Tellement ! Et à ma petite voix intérieure. Les fois où je ne l’ai pas écoutée, hey que je m’en suis voulue. Frustrée, je me dis que je le savais. C’est tellement pratique dans mon rôle de maman. Je connais ma fille. Je sens et ressens. J’avais peur de ne pas l’avoir, cet instinct maternel. J’ai longtemps tenu le discours que si je n’avais pas d’enfant, je serais ok avec ça, que ma carrière était le numéro un, que j’étais bien, avec mon chum, notre chien, nos carrières, c’était parfait. Je ne pensais pas avoir l’instinct maternel très fort parce que je ne suis pas naturellement portée vers les bébés et les enfants. Mais quand elle est née, même avant, quand j’ai vu ma bédaine pousser et qu’elle a bougé en moi, de sentir cette vie, j’ai naturellement commencé à créer cette bulle protectrice autour de moi. Ça se fait automatiquement. Juste de placer tes mains sur ton ventre, ça, c’est ton instinct. Puis, cette voix qui te dit qu’elle est fatiguée, qu’elle a chaud, c’est tellement plus fort que je pensais. Cette voix me sert autant dans ma job que comme maman. Mais ça ne veut pas dire que j’ai toujours la vérité et que je prends toujours les meilleures décisions.

On parle souvent de la pression d’être une mère parfaite, as-tu l’impression que ça change ? On dirait que beaucoup de femmes sont en mode authenticité plutôt que perfection…

Oui et surtout, on en parle, je pense que la différence est là. Je me mets souvent cette pression de vouloir être parfaite, alors je ne sais pas si on se la met moins, mais on en parle davantage et ça l’atténue. On se dit : je ne suis pas toute seule. Hier, j’avais un meeting et je n’avais pas de gardienne. La mère de Jean-François est venue avec nous et bébé, dans l’autre salle à côté. J’entendais parfois ma fille pleurer. Tu es dans un meeting, c’est sérieux, tu ne veux pas sentir que tu imposes ton bébé dans un contexte de travail. Pour la maman, souvent, c’est vu comme si on n’est pas organisée. Un papa qui le fait, c’est très cute, tout le monde est après eux. La maman, elle rush dans sa vie ou dérange. Finalement, tout le monde a été très gentil et a fini par me dire d’aller la chercher. Maintenant, c’est aussi ça pour moi. J’emmène ma fille le plus que je peux et je me donne le droit de montrer que c’est la bonne chose à faire. 

C’est la base de la vie. J’ai la chance, comme travailleure autonome, de pouvoir le faire et je suis chanceuse parce qu’elle est facile et agréable. Quand je peux elle me suit, c’est certain. 

Adorable est une compagnie proche des gens, aux valeurs familiales. Au-delà du contrat d’affaires que ça peut représenter, c’est un beau compliment que d’être celle qui leur est venue en tête naturellement pour ce rôle. Comment as-tu reçu cette proposition ? 

adorable

C’est flatteur de voir que c’est ce que je dégage comme image. Je suis heureuse de ce que je peux représenter pour eux et ça part d’une vérité qui est en moi. Dans tout ce que j’ai fait dans ma vie, je n’ai jamais embarqué dans un projet avec lequel la démarche était seulement « avantageuse », disons. Ça doit être parce que ça me touche et que je peux le défendre. L’amour est dans le pré, c’est ça; les projets avec mon chum, même chose. C’est un cadeau de rencontrer des gens qui ont une démarche sincère. Ça revient aux vraies affaires ; je suis une fille de la campagne, je vis à Granby, ça fait 13 ans que je suis avec mon chum. Je crois qu’un couple, ça s’entretient et ça se travaille. J’ai été élevée comme ça. Mon frère était malade, on a vécu et eu une cellule familiale au début de nos vies où on était en mode survie. Les futilités et le niaisage, pour mes parents, ça s’est vite tassé. Quand il a été en rémission, et aujourd’hui je le comprends en tant que maman, mes parents sont tombés dans le mode : on va en profiter. On était toujours dans un environnement à profiter de la vie.

« J’embarque quand les valeurs me ressemblent, que le produit me rejoint. Il y a dans Adorable une facilité pour les parents, une économie de temps. Avoir ce qu’on a besoin pour soi et son bébé. C’est ce qui m’a attirée vers eux et qui répondait à ceci : je donne le meilleur à mon corps et au petit corps de mon enfant. La solution est là, parfait, merci. » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.