J’aime d’un restaurant qu’il me surprenne. Il y a une probable logique commune dans cette affirmation, puisque nos sous sont durement gagnés et l’offre dépasse certainement la demande. Raison logique, donc, d’avoir des attentes quand on essaie un nouveau resto.

Le Barracuda a été installé dans l’ancien Friand’Oeuf du boulevard Arthur-Sauvé de Saint-Eustache. À part moi qui vous le rappelle pour vous orienter, rien d’autre ne vous le dira. Les proprios ont fait l’effort de temps et d’investissement pour s’assurer que les premiers pas que vous faites dans leur établissement soient bel et bien chez eux. C’est tout à fait réussi.

Sans en avoir trop fait, le décor feutré met la table au moment auquel vous allez goûter dans les prochaines heures. Pour nous, c‘était un moment succulent et différent, dans une ambiance juste assez festive pour que ça puisse s’appeler une sortie, mais tout de même intime. Il m’a semblé que peu importe où j’aurais été assise, je me serais sentie bien installée dans une espèce de petite bulle confortable. On peut apprécier le décor, regarder l’équipe se faire aller pour assurer un service de qualité, parfaitement bien calculé quant au moment où les plats arrivent, mais en ayant notre propre espace pour souper, sans devoir se taper les conversations des autres ou être presqu’assis sur la cuisse du voisin.

ambiance-barracuda

Mention spéciale à notre serveuse, super allumée et sympatique, qui connaissait son menu sur le bout de ses doigts et qui n’est pas tombée dans le bien dommage piège fréquent du ‘’vous savez, tout est vraiment bon sur le menu, ça dépend vraiment de vos goûts’’. Elle a été capable de nous suggérer des spécialités et des portions en fonction de nos goûts, sans pour autant rabaisser les autres propositions de leur menu, mais en nous expliquant pourquoi, par exemple, le sushi Cupcake était fait pour nous ce soir-là.

tataki de saumon et chou-fleur

Tataki de saumon avec salade de chou-fleur

Les chefs ont quant à eux défini un menu élaboré et peu ordinaire, mais qui reste autour de leur spécialité, les sushis. Loin des simples rouleaux qui se ressemblent tous, Kham, Pinou et leur équipe en cuisine nous emmènent dans des directions nouvelles où un qualificatif me paraît dominant : fraîcheur. L’assemblage des goûts est nouveau, surprenant, goûteux et leur ressemble, sans pour autant devoir se demander, comme client, à quel point on doit changer le sushi pour se démarquer comme restaurateur.

J’aime aussi particulièrement leur page Facebook où des tests concluants sont fréquemment proposés. Ça prouve pour moi l’audace et la passion en cuisine, le désir de ne pas simplement s’assoir sur une formule qui marche et prendre son client pour acquis. On a d’ailleurs été cobayes ce soir-là pour goûter un tartare de canard avec croûtons maisons, graines de fenouil et mousse de balsamique. Le genre de truc que je n’aurais jamais commandé d’ordinaire, mais qui m’a fait finir le plat presqu’avec les doigts.

tataki de boeuf

Tataki de boeuf Savanah avec salade japonaise

Avis aux amateurs de tartares, vous serez séduits. Une demie-douzaine de choix vous attend, et vous devrez y aller plus d’une fois pour satisfaire votre envie de tout commander d’un seul coup.

Bref, je n’ai que du positif à dire sur cette adresse de chez nous qui défendrait aussi très bien sa place parmi les plus populaires restos des villes branchées. Les proprios, 3 gars du coin qui ont une solide expérience dans leur domaine, ont choisi de partager leur savoir-faire chez eux, à notre plus grand bonheur. Visité un soir de semaine de tempête de neige, le resto était à un peu plus de 50% de sa capacité d’occupation et on ne doute aucunement qu’il affiche complet les vendredis et samedis soirs. Les réservations sont donc fortement suggérées.

sushis-barracuda tartare-petoncles

Enfin, depuis septembre, la formule Apportez votre vin a été remplacée par leur propres suggestions de cocktails et de vins, dont une grande sélection aux prix SAQ + 10$. Un virage qui a été synonyme de rénos pour accueillir un bar à leur image et qui permettra à tous de poursuivre la soirée.

Combien ? Partout entre 60$ et 100$ pour 2, sans aucunement vous priver.

Ce que nous avons mangé : Crazy Ebi (Crevette ebi, crevette tempura, goberge, mayo japonaise, poivre de cayenne, caviar et avocat), La Fraîche (Thon, saumon, concombre, menthe, coriandre, mangue, caviar, pomme, roquette), Cupcake (Saumon avec sauce mayonnaise japonaise, menthe, fraise et guacamole), Dragon Eyes, Homard épicé en sashimi, Kamikaze, Spicy Tuna.

Où ?

Restaurant Barracuda, 569G Arthur-Sauvé,
Saint-Eustache, Qc,  J7P 4X5

Quand ? Du mercredi au dimanche soir.

Les plus : La fraîcheur des ingrédients, la présentation qui donne faim et qui nous fait manquer de politesse pour sauter direct dans les plateaux, l’ambiance urbaine et joyeuse, le service intéressé.

Les moins ? Si je dois trouver quelque chose, je dirais que le manque de places de stationnement pourrait être une possibilité les soirs achalandés.

www.restaurantbarracuda.com

logo Facebook Facebook

Uu merci spécial à Patrick Rochette et Kham Intavong pour l’invitation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.