Voici 10 leçons, simples mais parfois négligées, qui peuvent ruiner un premier face à face et réduire à 0 les chances d’obtenir un second date.

 

* ELITESINGLES a sondé plus de 1000 célibataires canadiens au sujet des pires tue-l’amour à éviter lors de la première rencontre. www.elitesingles.ca/fr

1/ Inutile de mentir sur ce que l’on ne peut cacher

L’étude révèle que les hommes ne pardonneront pas les mensonges liés au poids et les femmes, liés aux penchants pour l’alcool et le tabac.

2/ Montrer ses talents de cuisinier le premier soir, c’est se préparer à manger seul

Inutile d’inviter sa blonde à un dîner aux chandelles pour lui montrer qu’un homme, aussi, sait cuisiner. 35 % des Canadiennes refuseraient un premier rendez-vous pour « un dîner à la maison », contre seulement 10 % des hommes.

3/ La meilleure tenue pour ruiner une rencontre

Messieurs, tirez un trait sur vos T-shirt d’ado aux slogans pauvres d’esprit. Mesdames, arrêtez de vous la jouer diva, personne n’égalera ni Beyoncé, ni J-Lo (trop de parfum ou trop de bijoux, c’est tue-l’amour).

4/ Un mauvais baiser vaut mieux qu’une mauvaise haleine

Seulement 3 % des sondés considèrent que « mal embrasser » est un tue-l’amour. Pire qu’un mauvais baiser, 59 % considèrent qu’une mauvaise haleine est impardonnable. 6 % jugent également que « prendre des photos de son plat » ou encore de soi-même (« selfies » 7%) sont pires tue-l’amour qu‘un bisou peu habile lors du premier rendez-vous !

5/ Un bon pourboire, plus important que l’addition …

La rumeur qu’une femme attend d’un homme qu’il l’invite à dîner, c’est terminé… pour les Québécoises. Elles sont en effet seulement 9 % à considérer que ne pas être invitée est un tue-l’amour, contre 18 % des Canadiennes anglophones. Mais ce à quoi les Québécoises accordent le plus d’attention, c’est le pourboire laissé par leur date et leur politesse envers les serveurs !

6/ Le silence est d’or… ou pas !

Le silence ne vous apportera ni de l’or, ni de second rendez-vous. A la question : « Selon vous, quelle est la pire situation lors d’un premier rendez-vous ? », 85 % des Québécois ont répondu : « Se retrouver face à une personne qui ne parle pas du tout ».

Mauvaise première date

7/ « Tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de parler »

Pas de silence, mais pas de sujets tabous non plus ! À la question : « Quel est LE sujet de conversation à éviter lors d’un premier rendez-vous ? », « Parler des autres rendez-vous prévus avec d’autres personnes du site » ou « Se vanter sur sa vie et se mettre trop en avant » arrivent sur le podium. En revanche, les Québécois ne jugent pas tabou de parler de sexe dès le premier rendez-vous, contrairement aux anglophones (10 % vs 40 %) !

8/ La première impression est toujours la bonne, surtout quand elle est mauvaise

8 Canadiens sur 10 sont prêts à mettre fin à un premier rendez-vous prématurément si cela s’avère nécessaire, et 26 % l’ont déjà fait. Il reste quand même 20 % de célibataires prêts à supporter un rendez-vous raté juste par politesse.

 

9/ Comment chasser son date même après une première rencontre réussie ?

Pour 15 % des Canadiens, demander son partenaire potentiel en ami sur Facebook après le premier rendez-vous est la pire chose à faire. Les Québécois n’y accordent en revanche que peu d’importance mais considèrent qu’exprimer des sentiments amoureux dès la première rencontre est totalement tue-l’amour.

10/ La règle des 3 jours de silence a reconnu ses torts

« Il faut battre le fer tant qu’il est encore chaud » : se faire désirer ne fonctionne pas toujours. « Il/Elle met plusieurs jours à répondre à un simple message » est la pire chose à faire pour 44 % des célibataires québécois.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.