Je jonglais avec une idée un peu folle depuis plusieurs mois. Mais faisons d’abord un petit retour en arrière.

Depuis toujours, une seule et même personne est à l’origine de la direction professionnelle que je me suis donnée, il y a maintenant 7 ans. Cette personne, c’est Sonia Benezra. Je suis une hypersensible et je ressens un profond malaise quand je vois des gens se faire peinturer dans un coin en entrevue, dont on étale les déboires, peines d’amour et moins bons coups sur la place publique. Même si je suis capable de comprendre que ça puisse faire, pour certains, de la bonne télé, c’est diamétralement opposé à ma vision de ce que devrait être une entrevue.

On dit, et paraît que c’est prouvé, que les mauvaises nouvelles sont plus payantes que les bonnes. J’ai décidé un jour, sans totalement en être consciente, que je serais cette fille un peu folle qui veut faire de la nouvelle et du magazine dans le côté positif des choses. Folle comme Sonia, cette animatrice canon qui a fait sa marque de commerce avec sa sensibilité et son humanisme débordants. Folle comme penser qu’il y a assez de mauvaises choses au quotidien qui soient véhiculées pour que Partout Ici choisisse de montrer le meilleur. Je me lève le matin en voulant mettre les gens à l’aise, à leur meilleur, qu’ils se sentent bien quand en ma compagnie, qu’ils soient emus quand on parle d’eux. Je ne manqué pas ici d’objectivité, parce que si quelque chose sonne faux pour moi, je ne m’y collerai simplement pas.

Depuis si longtemps, j’ai un MÉGA crush professionnel sur Sonia. Chaque fois qu’une tribune m’a été donnée par le passé, j’ai dit haut et fort combien je l’admire, je l’aime et que je rêve de la rencontrer, espérant sans doute que ça vienne à ses oreilles. Je ne l’avais jusqu’alors jamais croisée dans un endroit public, ni cotoyée par raison professionelle.

Printemps 2013, Cat & Nat : le show, à TVBL. On va à sa rencontre pour une entrevue télé. Elle lance sa collection de vêtements le soir même. Un 8 minutes passé trop vite, où je ne réussirai pas à lui dire combien ce moment est le rêve de ma vie. Je pleure comme une enfant. Zéro professionnelle. Pas d’orgueil. Elle est exactement comme je me la suis imaginée : gentille, douce, à l’écoute, rieuse, chaleureuse, charismatique…

Puis, sa bio qui s’annonce pour la fin de l’année 2014. C’est synonyme de tournée de promo, une occasion en or pour demander une autre entrevue. Que je veux en personne, il va sans dire. Elle m’expliquera plus tard avoir failli refuser : elle en a donné des tonnes, est fatiguée. Sans savoir pourquoi, elle acceptera. Partout Ici, magazine indépendant, régional, c’est différent, pourquoi pas ? Je serai assise en bas de l’escalier colimaçon menant au Café Romy chez Ogilvy. Au premier tour, elle me voit, assise en bas, seule à fixer l’escalier dans ses moindres mouvements. Elle me mime des lèvres : It’s you?, voulant dire : c’est toi que je viens rencontrer ? Elle me confirme se rappeler de moi, la jeune animatrice qui pleure, quelques heures avant une des soirées les plus importantes et stressantes de sa vie. On part de là, on jase, je pleure (encore). J’aurai évidemment fait la meilleure entrevue de ma vie, et sans trop le savoir, ce sera l’une des siennes aussi. Elle en témoignera plus tard. Je la reverrai à quelques reprises, chaque fois en croyant devoir me pincer. Sonia dans ma voiture, Sonia qui me parle au téléphone, Sonia qui me confie des trucs perso, comme une amie, Sonia que je reconduis chez elle. Je dois admettre que j’ai un un pur plaisir, mais oh! combien senti, quand parfois, mon cellulaire vibre d’un message texte, et dire à la personne devant moi : c’est Sonia Benezra qui me texte. Ça me paraît encore si irréel.

Revenons à cette idée folle de début de texte. Depuis un bon moment, je me dis que Sonia me ferait une marraine de coeur idéale pour le magazine. Je travaille très fort depuis 4 ans à vouloir vivre de ma passion d’édition, avec une vision très claire, dans un domaine peu évident mais que j’aime tant. Je cherche évidemment des façons de me déamarquer, dans ce monde du papier parfois sans pitié.

Je sais aussi qu’évidemment, ça vaut des sous, un tel partenariat d’ambassadrice de coeur, et que même si je ne les ai pas, je vais les trouver. J’ai parlé de cette idée de rêve depuis plusieurs mois à quelques personnes proches, mais jamais à la principale intéressée. Je devais avoir peur qu’elle dise non, ce qui aurait été tellement compréhensible ! Ou avais-je peur qu’elle dise oui ?…

Ça m’a pris un matin, sans trop réfléchir. Je l’ai textée pour lui dire que je voulais lui faire une propositions d’affaires ! On convient de se parler le soir même. Avec sa voix qui vous colle automatiquement un sourire au visage, elle me dit : qu’est-ce que tu veux me demander, honey ? Je lui balance mon idée d’un trait, sans respirer, en insistant sur le fait que je veux la rémunérer pour signer une page dans le magazine. Elle a tout accepté, sauf les sous. Je ne veux pas de ton argent, m’a-t-elle dit. Tu es mon amie, je crois en ce que tu fais, je veux t’aider. Je sais que tu feras pareil à ton tour quand ça viendra. Je me suis mise à pleurer au téléphone à gros sanglots. Encore.

Encore à ce jour, je ne suis pas certaine de comprendre pourquoi Sonia me fait ce si beau cadeau, le plus beau de ma courte vie de femme d’affaires et un des plus beaux de ma vie, tout court. Non seulement je travaille maintenant, d’une certaine façon, avec la personne que j’admire le plus au monde, mais elle m’appelle son amie. Le pouvoir de demander prend ici un double sens pour moi. Demander pour la page 9, la plus significative du magazine et qui sera à jamais synonyme pour moi d’avoir réussi ma mission si Sonia veut en faire partie. Et aussi demander, il y a un peu plus d’un an, à rencontrer mon idole de toujours, alors que j’ai passé plus de la moitié de ma vie à raconter à qui voulait encore m’écouter combien je rêvais de rencontrer et de jaser avec Sonia Benezra. C’est beau la vie, non ?

 

Entrevue avec Sonia Benezra, Cat & Nat : Le show / mai 2013

Cat & Nat:le show – semaine 15 – spécial tendance avec Sonia Benezra from TVBL on Vimeo.

A propos de l'auteur

Éditrice et rédactrice en chef du magazine Partout Ici. Amoureuse des mots, des animaux, de mon homme, de ma vie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.