DOSSIER

Une question d’habitude

Le 22 février dernier, un article du journal de Montréal  mentionnait que le maire Denis Coderre souhaite abolir les bouteilles d’eau jetables sur son territoire. Évidemment, les boucliers se sont levés ! Qu’allons-nous faire ? Ce n’est pas encore  tout le monde qui traîne sa bouteille. Et que dire du lobbying des compagnies d’eau ? L’être humain a le pouvoir de s’adapter. Rappelez-vous les premières fois où nous avons utilisé des sacs réutilisables pour notre épicerie. C’est maintenant devenu une habitude.

glass-water-bottles

Pensons à ces amas de bouteilles de plastique vides jonchant les centres de dépotoir et/ou de recyclage, sans oublier les îles flottantes au milieu de l’Atlantique et du Pacifique. Pensons à cet héritage que nous laissons aux générations futures, car ces bouteilles mettent un temps fou à disparaître.

Montréal ne serait pas la première ville à imposer de telles mesures. Plusieurs municipalités au Canada l’interdisent dans leurs édifices. La ville de Concord au Massachusetts l’interdit complètement sur son territoire. Certaines municipalités de France y pensent sérieusement.

D’après Emily Arnold, auteur d’une étude parue dans le American Earth Policy Institute, l’eau embouteillée est « jusqu’à 10 000 fois plus dispendieuse si l’on tient compte de l’énergie utilisée pour la mise en bouteille, les livraisons et l’éventuel recyclage des contenants. » ! Nous pouvons lire sur NotrePlanete.info qu’une évaluation conduite en France précise que l’eau en bouteille coûterait 200 fois plus cher que celle du robinet. Je pense que ce ratio est très similaire ici aussi. Et que dire du goût pas toujours optimal ? Dans les faits, on nous vend une eau qui nous appartient déjà, puisqu’elle est tirée de la nappe phréatique.

eau

Il va sans dire que nous devons boire de l’eau, c’est une question de santé. Les villes emboitant le pas verront à fournir les abreuvoirs, fontaines et autres appareils servant à nous rafraîchir. Plusieurs fournisseurs frappent sûrement déjà à leurs portes… Souhaitons que les villes fassent leur devoir de diligence et le bon choix. Des appareils, sans odeur ou arrière-goût de chlore ou de métal, avec un débit normal, sont disponibles. La qualité de l’eau est un incitatif à une bonne santé et tout cela peut être fait sans polluer notre planète. L’eau est l’élément le plus important de notre corps; il en est composé de 65 à 80% selon l’individu. Nous le savons,  il est recommandé d’en boire une grande quantité par jour, soit l’équivalent de 30 ml par kilo par masse corporelle (ex : 100 lb = 45.4 kg). Ce qui représente en moyenne de 1,5 à 3 litres d’eau par jour. Non seulement l’eau contribue-t-elle à notre santé et notre bien-être, mais elle oxygène notre cerveau, nous rendant plus productif. Personnellement, j’utilise une bouteille réutilisable que je trimballe avec moi en tout temps et je m’en porte bien. C’est une question d’habitude.

Et vous, êtes-vous d’accord avec la proposition de ce changement pour vous et notre environnement présent et futur ?

Par Sylvie Côté www.sylviecote.com

scc_pub_partout_ici

Sources :

http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/bien_manger/nu_165_eau.htm

www.sourceomega.com/blog/la-revelationlaberration-solution-source-omega-inc/#more-79


page eau web

Voyez la vidéo ici

Sources :

http://www.notre-planete.info/actualites/3864-baleine-echouage-plastique

http://www.terresacree.org/actualites/1643/actualite-une-baleine-retrouvee-morte-avec-20-kilos-de-plastique-dans-l-estomac-video-125434?filtre=date

Visitez le site de la Fondation CO2 Environnement


Mission accomplie :

Le Collège Lionel-Groulx ne vend plus d’eau embouteillée!

 no-bottled-wate2r

Nous sommes heureux d’apprendre que le Collège vient d’annoncer, en cette journée mondiale de l’eau, qu’il ne vend plus d’eau embouteillée depuis le mois de janvier 2016 !

L’année dernière à pareille date, le Collège Lionel-Groulx s’engageait dans un processus d’élimination de la vente d’eau embouteillée et il se donnait deux ans pour y arriver. Appuyé par la Coopsco des Laurendtides ( qui gère la cafétéria ),  ils peuvent se vanter d’avoir atteint leur but et devancé l’échéancier d’un an !

Afin d’assurer l’accessibilité à l’eau publique, le Comité d’action et de concertation en environnement (CACE) du Collège a réalisé un plan d’action pour le retrait de l’eau embouteillée en collaboration avec Mme Nathalie Wishnowsky, conseillère en environnement et développement durable au Collège. Voici les différentes mesures entreprises :

  • Installation de becs de cygne sur les fontaines pour favoriser le remplissage des gourdes;
  • Installation de lumières bleutées au-dessus des fontaines afin d’avoir un repère visuel;
  • Diffusion d’une campagne de sensibilisation à l’aide d’une vidéo, des affiches et des informations dans l’agenda;
  • Aucune bouteille d’eau vendue à la cafétéria dès la rentrée scolaire à l’automne;
  • Présence de kiosques de sensibilisation du Centre d’interprétation de l’eau de Laval:
  • Sondage sur les habitudes de consommation de l’eau auprès des étudiants au mois d’octobre;
  • Aucune bouteille d’eau dans les machines distributrices dès janvier 2016.

Chapeau au Collège pour son engagement envers sa démarche écoresponsable et sa vision de favoriser une éducation citoyenne et humaniste !

lionelgroulx_img_logo_cegep college vert

Source :

Nathalie Wishnowsky

Conseillère en environnement et développement durable

nathalie.Wishnowsky@clg.qc.ca

450 340-3120, poste 2846

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.