#24

pur vodkaVoirgrandtvpurvodka

Nicolas Duvernois a gagné l’émission Voir Grand, qui marque parfois le Jour 1, en quelque sorte, de l’histoire d’un nom. C’est le cas pour Pur Vodka. L’émission nous a ouvert la porte à croire en soi. Nous avions un bon produit et du succès, mais jamais comme nous en avons depuis. Cela a été l’antichambre du succès, qui nous a ouvert grand la porte. Maintenant, on doit continuer à faire le travail. Nous, c’est l’équipe que chapeaute depuis 5 ans le fondateur, Nicolas, 34 ans.

LA PETITE HISTOIRE

J’ai travaillé à l’hôpital pour financer mon rêve. En 2006, quand j’ai fait ma première bouteille, personne ne voulait m’aider. J’ai lavé les planchers pendant 3 ans, je sortais de l’université et j’avais peu d’expérience.

NÉ POUR FONCER

Il serait facile de penser qu’une expérience en restauration ou dans les bars précède la naissance de Pur Vodka, qu’on doive être passionné de spiritueux pour oser lancer sa propre vodka. Nicolas explique plutôt qu’il est un entrepreneur qui ignorait combien il adorait la bouffe, le vin et les spiritueux. Une passion qui dormait, découverte à travers l’entrepreneuriat, un sujet passionnant, d’importance. J’étais un étudiant qui avait la note de passage, rien de plus. Je voulais être architecte, mais je n’étais pas bon en sciences. L’entrepreneuriat m’a permis d’être 100 % moi. J’avais tellement de projets et des rêves de fou. L’entrepreneuriat m’a fait comprendre que je peux être plusieurs choses, ne pas avoir juste un titre. Je suis curieux et un entrepreneur doit l’être.

PLEIN TEMPS

Récemment, on m’a dit que j’étais chanceux de pouvoir gérer mon horaire. Oui, je suis avec mon épouse à ses rendez-vous, car elle est enceinte. Mais dans ma tête, je travaille tout le temps. Être entrepreneur, c’est une vie, pas une carrière. Je ne fais pas du 9 à 5, je n’ai pas de plan de retraite. Un entrepreneur, c’est à l’intérieur de soi, pas sur un CV. C’est un artiste. L’art d’avoir des idées n’est pas reconnu comme la peinture ou autre.

LA QUÊTE DE LA QUALITÉ

C’est sa qualité qui a permis à Pur Vodka de rapidement atteindre le top mondial de son industrie. Conscient de ses moyens de marketing limités au départ, Nicolas a compris que la seule façon de faire sa place passerait par la qualité. J’aime l’effort de faire un bon produit, sans couper les coins ronds. Il y a un retour à la qualité dans les habitudes de consommation : avec un tel produit, je pouvais réussir. Pendant plusieurs années, la vodka a été maltraitée, car c’est le spiritueux le plus populaire, un peu comme la bière. Les gros joueurs font du volume. Nous, à l’inverse, prenons notre temps, refusons des commandes, pour avoir le meilleur produit possible. C’est une quête de la qualité.

DES CHIFFRE

  • Nous allons faire cette année 250,000 bouteilles.
  • 25 ou 30 personnes tournent autour de cela.
  • Il y a 60 % d’eau dans une bouteille.
  • C’est environ 6 semaines de production avant qu’une bouteille arrive sur les tablettes. C’est un produit vivant. Parfois, le vieillissement est plus long. On doit faire des tests.

nicolas d

AS-TU UNE RÉFÉRENCE EN MOMENT DE DOUTE OU POUR VALIDER TES IDÉES OU TE FAIS-TU CONFIANCE À 100 %?
Je me fais confiance à 100 % et je ne me fais pas confiance à 100 %. Je suis en constante réflexion sur ce que je dois faire. J’ai aussi confiance en mon équipe. Je m’inspire des grandes maisons de luxe, comme l’est une bouteille de vodka à 40 $. Je regarde beaucoup la situation économique, car avec un produit de luxe, l’économie, c’est important. Je suis présent dans tous les salons, j’écoute beaucoup les gens. Qui n’aime pas un produit de bonne qualité? Prendre un bon cocktail avec les amis? Nous n’avons pas inventé un domaine, ni la vodka. Nous avons donc déjà une bonne base de clientèle renouvelable. Ma job est simple, c’est de cibler une clientèle. Les 25-30 ans qui aiment recevoir à la maison. Je suis plus ou moins mon client cible. Il faut avoir confiance en soi. C’est ton business et tu dois décider, pas les autres.

QUELLE EST L’IDÉE LA PLUS FAUSSE QUE LES GENS PEUVENT SE FAIRE?
On croit parfois que c’est l’entreprise de mon père. J’ai mis mes sous dans mon projet. Rien n’est stagé. Nous avons souvent des fausses idées des entrepreneurs. Pendant 2 ans et demi, c’est ma copine, maintenant ma femme, qui a payé mon loyer. Il n’y a rien de sexy là-dedans. J’ai 34 ans. Ma famille m’a aidé, mon épouse aussi. J’ai eu un cercle fermé qui a cru en moi, ma copine, mes parents, ma sœur… Ceci ne se calcule pas.

Je peux maintenant voir mon plan de 3 ans au lieu de jour par jour. C’est un luxe de pouvoir regarder plus loin. Nous sommes maintenant prêts à faire ce que nous avons dit que nous ferions. Nous avons le budget. Et c’est aussi là que nous pouvons tout perdre. Si nous ne prenons pas les bonnes décisions, nous pouvons faire de grandes erreurs. Je ne suis plus seul dans mon sous-sol et c’est un grand défi.

DES RESTAURANTS OFFRENT TA VODKA, EST-CE UNE BONNE PARTIE DE TON CHIFFRE D’AFFAIRES?
C’est une petite partie, la compétition est forte. Nous sommes dans les restaurants où nous voulons être. J’aime quand c’est le propriétaire où le sommelier qui demande notre produit, parce qu’il est bon.

PEUX-TU ME FAIRE UN COURS DE VODKA 101?
La vodka, c’est de l’eau et un alcool de vie, soit de céréale, patate ou betterave. On en extrait l’alcool et on mélange avec l’eau. Nous voulons un produit vraiment homogène, notre cuve tourne sur elle-même. Le produit doit être impeccable dans chaque bouteille. Beaucoup sont embouteillées directement dans la bouteille : l’eau, l’alcool de grain et c’est fait. Ce n’est pas le même produit. Notre eau de source provient du nord du lac Beauport. Le maïs et l’eau proviennent du Québec. La qualité a un prix.

UNE VODKA SE GARDE AU CONGÉLATEUR. VRAI OU FAUX?
Faux. Une bonne vodka, c’est 4-5 degrés. Pour le bas de gamme, dans le congélateur, oui, mais elle ne goûtera rien (et peut-être est-ce le but!).

SUR GLACE OU NON?
Sur une bonne glace d’eau de source. Nous avons des règles de base : une bonne vodka et un bon jus d’orange. Respecter les saisons ; une vodka-fraise en février au Québec, pas vraiment. Moi, je la bois straight ou en martini, avec un peu de vermouth. C’est 40 % d’alcool, ce n’est pas pour tout le monde, même si c’est très doux. Je suggère toutefois de goûter au moins une fois telle quelle pour apprécier le travail de production.

10 VODKAS DEVANT TOI. TROUVES-TU LA TIENNE À L’AVEUGLE ?
Oui, c’est certain. Et ensuite, je trouve les 3-4 compétiteurs directs. Il y a 1 000 vodkas différentes. Les 4-5 bonnes vodkas se reconnaissent tout le temps. Un bon produit, c’est toujours impeccable.

SET-UP IDÉAL POUR LA BOIRE?
Un souper d’amis, des huîtres, de la bonne bouffe bien préparée. Ne pas se compliquer la vie. Nous voulons que les gens se retrouvent, pour se voir, arrêter le temps. Des cocktails, de la musique, des amis : le moment idéal. Les restaurants et les bars, c’est une autre façon de consommer. Arrêter de courir. Se réapproprier son chez soi avec un bonne bouffe et un bon verre. Des moments de joie.


 

NICOLAS DUVERNOIS ÉTAIT DE PASSAGE À LA CCITB EN JANVIER DERNIER POUR DONNER UNE CONFÉRENCE DONT LES GENS D’AFFAIRES SE SOUVIENDRONT. VOICI UN RÉSUMÉ DE CE MIDI PEU ORDINAIRE.

nicolas duvernois

LA JOURNÉE LA PLUS BIZARRE DE SA VIE
2006 à 2009. Les 3 années de recherche et développement ont été les plus longues de sa vie. C’est toujours plus long, plus cher et plus compliqué que prévu. Oh que je l’ai appris! Je n’avais pas une cenne, et tout ce que je gagnais y passait. C’est difficile aussi, parce que tes amis, début trentaine, ont un enfant, achètent une maison, se marient. Ma blonde payait mon loyer, je travaillais de nuit à l’entretien dans un hôpital. Il fallait passer par là pour réussir. C’est pour ça qu’il donne des conférences, pour partager le avant du résultat de l’histoire Pur Vodka. En 2009, il y a enfin des recettes à goûter. Après 3 ans, je vais pouvoir goûter à ma vodka. Il y avait 26 recettes. Je n’étais pas encore certain de savoir parfaitement définir une vodka. J’ai amené des connaisseurs avec moi. Il fallait que je tombe en amour avec le produit, que ce soit excellent, que je vive une illumination. 5 premières vodkas. Bonnes, mais pas ce que je cherchais. 7, 8, 12 ,14. Rien ne se passais. Je stressais. Les suivantes, on a encore craché et continué. Puis, la 24e. C’était ça. On n’a même pas goûté les #25 et 26. On savait qu’on avait un produit d’exception. La #24 est celle qui est maintenant à travers tout notre marché. J’ai fait embouteiller 10 800 bouteilles, j’était tellement fier. Je pensais : Ça y est! . Je me suis adressé à la SAQ, la seule place pour vendre les spiritueux, non? La SAQ nous refuse. Je me souviens être assis dans mon salon avec mes 10 800 bouteilles et dire à ma copine : « Si je bois 2 bouteilles par jour jusqu’à 70 ans… Je fais quoi? ». Nicolas a découvert que les gros joueurs participaient à des concours. La plus importante est le World Vodka Masters qui se tient à chaque année à Londres. Les inscriptions fermaient dans 2 semaines. Plus rien à perdre. J’ai envoyé mes bouteilles et j’ai continué ma vie. Je lavais des planchers. Décembre. Je promène mon chien dehors. Une personne avec un fort accent britanique demande à parler au directeur du développement blablabla, un gros titre. Je lui dis : Peu importe le titre, c’est moi. On me dit que j’ai gagné. Je pensais une croisière aux Bahamas. Non, le World Vodka Masters. Je leur ai dit que j’entendais mal, de m’envoyer un courriel. Je voulais une preuve! J’étais en bas de pyjama et bottes de caoutchouc, mon chien bavait et j’avais gagné la meilleure vodka au monde. Ça a été une journée folle. Ça appelait de partout.. vous êtes qui? On n’avait pas de site web. La télé, les journaux…la SAQ qui appelle! Et là, je devais faire mon lunch. Je travaillais cette nuit. J’étais pauvre. Vous n’avez jamais vu un gars aussi heureux de ramasser des poubelles. Depuis 3 ans, Pur Vodka a été nommée 3 fois la meilleure vodka au monde, parmi de très gros joueurs… On est tellement heureux d’être des indépendants et d’avoir fait notre place. Cette année, c’est 1/4 de million de bouteilles, on est à travers le Canada. À la mi-juin, on lance le produit dans 7 pays simultanément. On a le vent dans les voiles. Je suis content d’être ici et j’étais vraiment heureux de vous raconter mon histoire.

www.purvodka.com

Le livre ENTREPRENEUR À L’ÉTAT PUR sort en librairies le 21 octobre 2015, aux Éditions Transcontinental.

entrepreneuraletatpur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.